Aux portes du désert

L’odeur du sable me chatouille les narines. Un vent chaud et sec vient caresser ma peau. Le regard commence à se perdre sur ces lointains horizons désertiques.

Ça y est, nous voilà enfin de retour aux portes du désert. Il y a cinq semaines, nous quittions notre petit nid helvétique, pour nous remettre en route.

 

Paysage désertique non loin de Eiza

 

Cela faisait longtemps que nous souhaitions revenir ici, à Merzouga plus précisément, pour retrouver Youssef, un guide local avec qui nous avions lié une forte amitié après seulement deux jours passés en sa compagnie, alors qu’il nous avait guidés pour notre première traversée désertique avec Scooby. La « mayonnaise avait pris » dès les premières minutes passées à discuter avec lui. Et après ces deux jours mémorables, nous nous étions quittés bien trop vite, mais notre programme du moment ne nous avait permis de prolonger l’expérience.

Nous nous étions alors jurés de revenir un jour, avec cette fois- ci plus de temps à disposition. Entre-temps, l’idée avait mûri de lier l’agréable à l’utile ; et si nous réalisions un petit reportage vidéo sur lui ? Effectivement, Youssef fait partie de ces personnes extraordinaires que l’on rencontre au fil de nos pérégrinations, et qui sont de belles inspirations pour le monde. Une philosophie de vie exemplaire, un engagement humanitaire auprès des communautés nomades du désert de sa région à laquelle il est tellement attaché en fait un personnage qui mérite l’attention. C’est pourquoi nous avions à cœur de mettre à profit notre travail photographique et vidéographique afin de partager ce genre d’histoire positive qui ne peuvent que contribuer à inspirer le monde dans ce qu’il y a de mieux.

Il y a sept jours donc, nous arrivions sur les terres marocaines. Après une courte étape à Tanger, suivie de l’incontournable ville de Chefchaouen, puis Meknès, quel plaisir aujourd’hui de retrouver le paysage désertique du Sud. La gentillesse et l’hospitalité des Marocains sont toujours au rendez-vous. À Chefchaouen, c’est la rencontre de Tachfine qui nous a touchés. Depuis cette petite mosquée où il vient quotidiennement faire sa prière du soir, assis à se délecter du spectacle du soleil couchant sur la ville, nous avons pu échanger un long moment ensemble jusqu’à la tombée de la nuit. Nous avions tellement à nous dire que nous nous sommes donnés rendez-vous le lendemain pour midi avant de reprendre la route. Nous resterons en contact, c’est sûr.

 

Sur la route N13

 

Aujourd’hui c’est une brève, mais fort sympathique rencontre avec Aziz, tenancier d’une petite échoppe dans laquelle nous avons acheté quelques bricoles. Il nous a conseillé un excellent tajine juste en face de son magasin. Un régal. Quel ne fut pas notre plaisir de faire quelques courses et de manger ce tajine, dans ce petit village de Zaida où l’ambiance semble hors du temps ? Les nombreuses échoppes de part et d’autre de l’avenue principale qui nous avait amenés à ce village, se voyaient baignées dans l’épaisse fumée qui s’échappait des fourneaux sur lesquelles cuisaient les tajines en attente de se faire dévorer. La rue grouillait de vie. Chacune et chacun occupé à ses affaires, que ce soient les femmes affairées à acheter leurs légumes, ou encore les hommes la tête sous le capot d’une voiture par ici, ou en train de siroter un thé par là.

 

En compagnie de Aziz, tenancier d’une petite échope à Zaida

 

Il est maintenant 16h et nous avons posé le bivouac pour ce soir. Nous profitons de l’agréable température et admirons le coucher de soleil sur les montagnes en face de nous. Un moment idéal pour poser ces quelques lignes et vous y joindre quelques photos de cette première semaine passée au Maroc.

 

Couleurs d’automne le long du fleuve de Ziz

 

Bivouac près de Er-Rich

A très bientôt pour d’autres nouvelles du désert.

Sam

78 Responses

  1. Definitely believe that which you stated. Your favourite justification appeared to be at the net the simplest factor to bear
    in mind of. I say to you, I certainly get irked even as
    folks think about concerns that they plainly do not recognize about.
    You managed to hit the nail upon the top and defined out the entire thing without
    having side effect , other folks can take a signal.
    Will likely be back to get more. Thank you

  2. Недвижимость в Истре – уникальная возможность инвестировать в жилье в курортном городе, окруженном природой и богатой историей

    Очарование природы, бальзам для души, давно полюбившаяся местность – все это можно сказать о городе недалеко от Москвы, столицы России. Истринский край, насыщенный историей и культурой, притягивает своим уникальным колоритом и возможностью удовлетворить самые изысканные вкусы владельцев недвижимости.

    Великолепные поместья, раскинувшиеся среди холмов, поражают своей архитектурой и удивительной красотой природы. Они являются настоящим полем для творчества и воплощения самых смелых идей, связанных с созданием идеальной атмосферы для комфортного проживания. Проходя через эти двери, вы сразу же погружаетесь в мир роскоши и умиротворения, где даже самые требовательные ценители недвижимости находят то, что долго искали.

    Жизнь в этом регионе – это уникальная возможность наслаждаться просторным планом, где отражены вкусы и предпочтения каждого. Прекрасные видовые холмы, плодородные земли и кристально чистые озера придают этому месту особый шарм. Каждый участок и каждый дом, будь то современный архитектурный ансамбль или старинный особняк с богатой историей, обладают своей индивидуальностью, которая завораживает и приковывает взгляды прохожих и потенциальных покупателей.

    Ваша скидка 5% на консультацию с юристом по недвижимости в Истре

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Articles de la même catégorie

Céline Jentzsch

Carrés bleus – Chefchaouen

Imaginez un labyrinthe, bleu, étroit, celui de tous les sens, de toutes sortes d’odeurs mêlées à des sons captivants et piqué par-ci par-là de couleurs éclatantes. Un labyrinthe qui vous fait

Lire l'article